top
Maison Heinrich Heine
Fondation de l'Allemagne – Maison Heinrich Heine
Philippe PERRIN, piano

« Du son porté par du sens », une citation du compositeur Benoît Menut qui définit bien la vision de Philippe Perrin de la musique. En 2005, Philippe Perrin débute son apprentissage de la musique par le piano au Conservatoire de Saint-Cloud avec Carmen Mender. Le directeur Laurent Martin remarque rapidement son vif intérêt pour l’écriture musicale et l’initie alors à la composition. En 2008, il rencontre Jean-François Zygel qui l’encourage à étudier l’harmonie auprès de Stéphane Delplace. À 17 ans, il intègre le cycle spécialisé d’écriture du Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) de Paris dans la classe de Thibault Perrine avec la résolution de se former aux épreuves du concours d’entrée du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) où il est admis quelques mois plus tard. Il y obtient alors un Master en Écriture avec les prix d’Harmonie en 2013 (classe de Jean-François Zygel), de Fugue & Formes en 2014 (classe de Thierry Escaich), d’Analyse en 2015 (classe de Claude Ledoux) et de Polyphonie en 2016 (classe d’Olivier Trachier). Actuellement, il y approfondit son étude de l’orchestration auprès de Marc-André Dalbavie. 

En parallèle de ses études en écriture, Philippe Perrin étudie la direction d’orchestre à la Schola Cantorum auprès de Adrian McDonnell. Désireux d’approfondir la connaissance pratique de cette discipline, il devient en 2013 chef d’orchestre assistant auprès de l’orchestre de l’Académie de Musique de Paris dirigé par Jean-Philippe Sarcos.

Enfin, il continue de se produire comme pianiste en soliste ou dans des formations de musique de chambre. Amateur de théâtre et curieux d’explorer les liens entre musique et jeu de scène, il accompagne chaque année depuis 2012 Gilles Darras et sa troupe de théâtre formée par les étudiants en deuxième année de licence d’allemand à l’Université Paris-Sorbonne. C’est lors d’une de ces collaborations qu’il fait, en 2016, la connaissance du jeune hautboïste Adam Leites.