top
Maison Heinrich Heine
Fondation de l'Allemagne – Maison Heinrich Heine
Concert de Noël : Hommage à Frédéric Chopin (1810-1849)

1ère partie : Gabriela Torma, piano 3 Polonaises - 4 Ballades 2e partie : Hakim Bentchouala-Golobitch, piano 4 Mazurkas - 4 Scherzos

« Gabriella Torma, pianiste d’origine hongroise de renommée internationale, a su tirer parti de son extraordinaire mémoire musicale qu’elle appelle « la mémoire des émotions ». L’an dernier, elle s’est lancée dans une aventure inédite : proposer des récitals où le public choisit les œuvres qu’il désire entendre parmi une cinquantaine, d’une durée de vingt à trente minutes chacune. L’artiste n’a plus qu’à s’exécuter, mais sans partition... » (Le Nouvel Observateur 2003).

Né à Alger, Hakim Bentchouala-Golobitch commence ses études musicales en France où il obtient sa médaille d'or de piano au CNR de Toulouse avec Françoise Thinat. Il travaille à Paris avec Yvonne Loriod et Gabriella Torma et à New York avec Constance Keene. Lauréat de concours internationaux (Orléans XXe siècle, Arte Libre à Saõ Paulo, bourse Mozart-Hennessy), il se spécialise très tôt dans la musique française et spécialement dans le répertoire d'un compositeur de sa région : Déodat de Séverac. Il travaille avec des compositeurs contemporains et interprète ou compose une trentaine de musiques de film.

Grâce au partenariat établi avec Culture & Hôpital, ce concert sera redonné dans les hôpitaux

Marcel Beyer

lecture-rencontre à l’occasion de la publication de Kaltenburg (traduction de Cécile Wajsbrot)

Marcel Beyer, poète, romancier, né en 1965 en RFA, s’est installé au début des années 90 à Dresde. Lauréat de nombreux prix littéraires (Heinrich Böll, Uwe Johnson) et pour Kaltenburg (Suhrkamp, 2008), le Prix Joseph Breitbach, il est considéré par la critique comme « l’écrivain de l’Allemagne réunifiée ». Dans Kaltenburg, son troisième roman, il brosse une fresque de la société allemande des années trente à nos jours, de Poznan à Dresde. Comme dans ses romans précédents, il revient sur les blessures de l’histoire allemande au 20e siècle ainsi que sur leurs conséquences dans la société allemande contemporaine.

Concert Schumann Ravel

Trio lauréat du 2e Prix du Concours de musique de chambre Carl-Wendling (Stuttgart)

Aischa Gündisch, violon – Sonja Kraus, violoncelle - Ana Nanuashvili, piano

Robert SHUMANN(1810-1856)   Trio n°1 en ré mineur, op. 63 Maurice RAVEL(1875-1937)  Trio en la mineur

L’objectif du Concours de musique de chambre Carl-Wendling (1875-1962), du nom du violoniste virtuose et professeur qui dirigea le prestigieux Conservatoire National Supérieur de Musique de Stuttgart de 1929 à 1940, est de promouvoir la musique de chambre et la constitution d’ensembles de chambristes parmi les élèves du conservatoire. La Maison Heinrich Heine se félicite d’accueillir le 2e Prix de la première édition du concours (1er et 2 février 2010).

Hélène Cixous

Besoin d’une communication immédiate avec la vie ? — Téléphone Mon corps était en détresse tant que je ne l’avais pas communiqué à ma mère. Vite ! Des ailes, un autre appareil respiratoire, une ligne, qui me permettent de traverser l’apparence d’immensité ouverte entre Giotto et Garros. Le seul véritable voyage, c’est de prendre le téléphone, — pourvu qu’il soit mythologique. Bibliographie Hélène Cixous : Philippines, Double Oubli de l’Orang-Outang Jacques Derrida : Ulysse gramophone Freud : Interprétation des rêves Homère : L’Odyssée James Joyce : Ulysses Kafka : Le Château Proust : tout Images Alechinsky Giotto Patinir Titien

Prochaines séances en 2011 : samedi 15 janvier, samedi 12 février

Cinéma / aveugle 10

vendredi 10 décembre 2010 20h30 BLIND de Frederick Wiseman États-Unis, 1986, 132 min., vostfr Clôture en présence du réalisateur (s. r.)

Frederick Wiseman observe l'enseignement et la vie quotidienne des élèves, depuis le jardin d'enfants, dans un institut spécialisé pour aveugles en Alabama. L’œil de la caméra suit de très près les exercices et défis du quotidien : monter un escalier, circuler le long d’un couloir, jouer de la musique, cuisiner, apprendre l’alphabet Braille. Blind est une pièce de l’œuvre du plus grand documentariste américain qui, à travers plus de 36 portraits des institutions a composé une « mosaïque » de la société américaine, une image de l’« American way of life » à travers ses multiples facettes.

Cycle Cinéma / aveugle (octobre à décembre 2010) « Un projecteur ne projette pas seulement de la lumière vingt-quatre fois par seconde, mais autant d'obscurité. » (Alexander Kluge)

Cécité et cinéma. Une contradiction qui fascine les cinéastes dès la naissance du 7e art. Des personnages aveugles ont été abondamment utilisés dans des films de genre, en particulier des films d’horreur, des thrillers ou des mélodrames.

Tentons de voir la cécité autrement, au-delà des clichés. Y-a-t-il un cinéma aveugle ? Un cinéma qui a comme point de départ les sens, l’expérience physique du monde. La perception de l’espace, la complexité du son ou de la musique. Comment montrer l’invisible ? Nous proposons 10 voyages vers l’obscurité : un documentaire sur un photographe et philosophe aveugle, une comédie musicale qui dévoile la vie intérieure d’une femme en train de perdre la vue, ou un essai filmique sur la communication des sourd-aveugles. Rencontrons des Images d’ailleurs au travers de diverses formes, classiques et expérimentales, qui vont au-delà des frontières établies, qui ouvrent la perception. C’est une sorte d’hommage. Un hommage à une capacité qui est celle de voir les yeux fermés.

Ce programme a été conçu par Daniel Nehm (résident Maison Heinrich Heine) Remerciements à Interfilm et au Goethe-Institut de Lille (Archives du film)

Liberté religieuse et identité européenne

en coopération avec le Collège d’Espagne (CIUP)

La mise en cause de la liberté religieuse - qui est pourtant l’un de nos droits fondamentaux - a fait brusquement irruption sur les agendas politiques en Europe. Or, la liberté de religion, la liberté d’opinion  et la non-discrimination sont précisément les attributs de l’Europe aux yeux de ceux qui vivent hors de l’Union Européenne. La question se pose de savoir si les débats actuels sur l’Islam, provoqués par les difficultés de l’intégration, ne conduisent pas à des tendances antilibérales, nationalistes et contraires aux traditions humanistes européennes ?

Cinéma / aveugle 9

Allemagne, 1985, 106 min., vostfr

Un film à épisodes, qui « quitte le cinéma classique » (A. Kluge). Kluge nous fait découvrir des éclats de réalité, par exemple : un célèbre réalisateur qui devient aveugle au cours d'un tournage et continue pourtant parce qu'il a la tête pleine d'images. Il regarde régulièrement dans le projecteur. « Il prend chaque jour sa douche de lumière » disent ses collaborateurs. Alexandre Kluge, écrivain, avocat de formation, et une des figures les plus influentes du nouveau cinéma allemand, crée un kaléidoscope, un film philosophique sur le temps, le cinéma et la cécité.

Cycle Cinéma / aveugle (octobre à décembre 2010)

« Un projecteur ne projette pas seulement de la lumière vingt-quatre fois par seconde, mais autant d'obscurité. » (Alexander Kluge)

Cécité et cinéma. Une contradiction qui fascine les cinéastes dès la naissance du 7e art. Des personnages aveugles ont été abondamment utilisés dans des films de genre, en particulier des films d’horreur, des thrillers ou des mélodrames.

Tentons de voir la cécité autrement, au-delà des clichés. Y-a-t-il un cinéma aveugle ? Un cinéma qui a comme point de départ les sens, l’expérience physique du monde. La perception de l’espace, la complexité du son ou de la musique. Comment montrer l’invisible ? Nous proposons 10 voyages vers l’obscurité : un documentaire sur un photographe et philosophe aveugle, une comédie musicale qui dévoile la vie intérieure d’une femme en train de perdre la vue, ou un essai filmique sur la communication des sourd-aveugles. Rencontrons des Images d’ailleurs au travers de diverses formes, classiques et expérimentales, qui vont au-delà des frontières établies, qui ouvrent la perception. C’est une sorte d’hommage. Un hommage à une capacité qui est celle de voir les yeux fermés.

Ce programme a été conçu par Daniel Nehm (résident Maison Heinrich Heine) Remerciements à Interfilm et au Goethe-Institut de Lille (Archives du film)

Quelles menaces pour la démocratie en Europe ?

Nous assistons ces dernières années à une mise en cause des concepts traditionnels de la démocratie : face à la complexité croissante des problèmes de société, on peut constater le glissement vers des tendances conservatrices, voire nationalistes, dans tous les pays européens. En Allemagne, on discute de l’opportunité de créer un nouveau parti plus à droite que la CDU, à gauche, on a pu constater la montée du parti Die Linke ; en France on assiste à l’émergence de mouvements qui se démarquent de la gauche traditionnelle. Se pose alors la question : les extrêmes politiques prennent-ils de l’ampleur sous l’influence de ces problèmes de société ? Cette radicalisation de la société porte-t-elle atteinte à la démocratie ?