top
Maison Heinrich Heine
Fondation de l'Allemagne – Maison Heinrich Heine
"Plus qu’un simple cours de langue" - Retour sur le cours intensif du B.I.L.D. à la Maison Heinrich Heine

Pablo Posada Varela, vous êtes responsable pédagogique du cours intensif de français langue étrangère proposé par le B.I.L.D. (Bureau international de liaison et de documentation), dont la dernière édition s’est déroulée du 11 au 25 août 2018 à la Maison Heinrich Heine. Combien d’élèves ont participé au cours cette année et quel était leur profil ?

Nous avons accueilli 63 étudiants au total, répartis en cinq groupes d’une douzaine d’étudiants pour les cours de FLE (Français Langue Étrangère). Les participants sont des étudiants germanophones qui souhaitent, pour la plupart, se préparer à leur futur cursus universitaire en France, à une année Erasmus ou à un double cursus franco-allemand. Nous veillons à leur proposer un cours de langue française et de civilisation souple et personnalisé, au plus proche de leurs besoins. C’est pour cela que nous privilégions le travail en groupes réduits.

Les étudiants sont généralement en 2ème ou 3ème année d’université, issus de disciplines très variées. Parmi eux, on trouve des étudiants très jeunes qui entament à peine un cursus universitaire franco-allemand. D’autres sont déjà en master, certains même en doctorat. Plus qu’un simple cours de langue, ce cours constitue aussi une préparation aux spécificités du système universitaire français, comme la dissertation. Nous veillons à donner aux étudiants les meilleurs outils pour réussir leur cursus universitaire en France.

 

En dehors des cours de français, quels sont les différents types d’activités proposés ?

Nous tenons à ce que les cours de français du matin soient complétés par une vraie interaction avec la ville de Paris. Ainsi, nous proposons des sorties hors des sentiers touristiques connus. Les activités en après-midi ou soirée sont toujours en rapport avec l’apprentissage de la langue et de la culture française. Aussi, nous cherchons à créer des situations d’échange avec les étudiants francophones de la Cité Universitaire et de la Ville de Paris en général. Nous invitons également des conférenciers de disciplines variées, et nous proposons quelques cours magistraux suivis d’un débat, sorte d’avant-goût de ce que les étudiants rencontreront dans le système universitaire français.

 

Quel bilan tirez-vous du cours de cette année ?

L’engagement de l’équipe pédagogique fut remarquable, mais aussi l’attitude des étudiants, tout comme l’effort de la Maison Heinrich Heine dans l’accueil du cours. Je sens qu’une bonne dynamique se met en place.

 

Quel a été le meilleur moment selon vous ?

J’en citerai plusieurs, selon plusieurs rubriques, tant le programme fut varié. Cette année, parmi les rencontres-débats, je garde un très bon souvenir de l’après-midi passé en compagnie de Roland Theis, secrétaire d’Etat pour les Affaires européennes de la Sarre, qui donna lieu à une discussion riche et dense avec les étudiants. La rencontre avec Felicia Schröder du Service des Affaires Sociales de l’Ambassade de l’Allemagne, qui a un parcours universitaire et professionnel nettement franco-allemand, fut extrêmement profitable et intéressante pour les étudiants. Cet échange leur a fourni, entre autres, de nombreuses pistes pratiques (vie universitaire en France, conseils de stages, lectorats etc.). Il en fut de même pour la rencontre avec Kai Schönfeld, doctorant en histoire diplomatique et officier de Marine, qui proposa un débat au sujet des relations franco-allemandes en matière de défense. La dégustation de vins avec la spécialiste Nolwenn Camenen fut aussi un excellent moment, qui a soudé le groupe et offert une magnifique introduction à la culture française. Enfin, les cours de Julie Cottier sur la création langagière en français (suivi d’un atelier pratique) et sur La Princesse de Clèves, malgré leur haut niveau d’exigence linguistique, ont été unanimement plébiscités par les étudiants.

 

Est-il prévu que le cours ait de nouveau lieu l’année prochaine ?

Oui, nous récidiverons ! Chaque année nous permet de tirer de nouveaux enseignements. Nous essayerons donc de faire encore mieux l’année prochaine et de continuer de profiter de cet incomparable cadre de vie et de travail qu’offre la Maison Heinrich Heine.

 

Nous vous remercions d’avoir pris le temps de répondre à nos questions et vous souhaitons une bonne continuation.

C’est moi qui vous en suis reconnaissant et qui vous remercie à mon tour ! La singularité de ce cours intensif et les très bons retours méritent qu’on en parle.