top
bourse de journalisme

Chaque année, l’Association des amis de la Maison Heinrich Heine - Förderverein et la Fondation de l’Allemagne - Maison Heinrich Heine offrent à un(e) jeune journaliste allemand(e) une bourse pour un stage de 3 à 6 mois dans une rédaction à Paris.

Les boursiers doivent faire des recherches de façon autonome sur des sujets touchant l’économie, la politique et la culture et publier leurs articles dans des publications allemandes et françaises, ainsi que dans les médias en ligne.

Date limite de candidature : 8 décembre 2023

Heinrich Heine Stipendium für Journalistinnen und Journalisten in Paris

Liegen Ihnen Frankreich und Deutschland gleichermaßen am Herzen ? Sind Sie auf dem Weg in eine journalistische Laufbahn ? Haben Sie Interesse an einem dreimonatigen Arbeitsaufenthalt in Paris ? Wir möchten die deutsch-französischen Beziehungen stärken und haben deshalb das Heinrich-Heine-Stipendium für Nachwuchsjournalistinnen und – journalisten ausgeschrieben. Wir – das sind die Fondation de l’Allemagne – Maison Heinrich Heine (MHH) und die Gesellschaft der Freunde und Förderer der Maison Heinrich Heine e.V.
Ihren Arbeitssaufenthalt sollten Sie in der ersten Jahreshälfte 2024, idealerweise von April bis Juni 2024, absolvieren. Vorausgesetzt werden sehr gut französische Sprachkenntnisse. Die Stipendienhöhe beträgt 1000 € monatlich bei freier Unterkunft in der MHH im Süden von Paris, in der Cité Internationale Universitaire de Paris.

Bewerbungsfrist : 8. Dezember 2023

Plus d’informations sur le site de l’Association des amis de la Maison Heinrich Heine - Förderverein

documents à télécharger
Appel à candidatures - ECOLE D’AUTOMNE

ECOLE D’AUTOMNE du 18 au 22 novembre 2024 dans le cadre du Festival FOCUS (Paris)

handi-capacités
Penser et représenter le handicap aujourd’hui

Appel à candidatures
Date limite : 7 juillet 2024

Conception scientifique et pédagogique :

Dr. Sarah Neelsen, Université Sorbonne Nouvelle
Dr. Esther von der Osten, Freie Universität Berlin
Prof. Dr. Klaus Birnstiel, Universität Greifswald
Avec le soutien de la Fondation de l’Allemagne – Maison Heinrich Heine.

Détails pratiques :
Dates : du 18 au 22 novembre 2024
Lieu : Université Sorbonne Nouvelle 12, avenue de Saint-Mandé 75012 Paris
Le nombre de participants aux ateliers lecture est restreint à 16 personnes.
Les langues de communication seront le français et l’allemand (ponctuellement l’anglais).
Une demande de subvention est en cours pour la prise en charge des frais de transport et d’hébergement des participant.e.s.

Modalités de candidature :
Les personnes intéressées sont priées d’envoyer jusqu’au 7 juillet 2024 une
lettre de motivation ainsi qu’un CV (2 pages max.) à l’adresse suivante :
sarah.neelsen@sorbonne-nouvelle.fr

Présentation :
L’école d’automne « handi-capacités. Penser et représenter le handicap aujourd’hui » propose une initiation aux études sur le handicap à des étudiant.e.s, des jeunes chercheurs et chercheuses et des jeunes artistes installé.e.s en France ou en Allemagne. Les participant.e.s pourront se familiariser avec quelques textes fondateurs des Disability Studies à travers des ateliers de lecture collective et critique, et découvrir comment ces enjeux traversent la production artistique contemporaine à l’exemple de performances franco-allemandes accueillies sur le campus de la Sorbonne Nouvelle pendant l’école d’automne.
Nous interrogerons le handicap comme expérience de vie, catégorie de pensée et potentiel créatif, et envisagerons l’apport possible des études sur le handicap à une réflexion plus générale sur la diversité, qu’elle soit en genres ou en identités sexuelles, linguistiques et culturelles ou encore capacitaires et sensorielles. Des dispositifs concrets d’inclusion dans les universités et dans l’espace muséal seront présentés et discutés, grâce au soutien du Festival FOCUS et un accueil de Paris Musées.

Programme :
Les matinées seront consacrées à un atelier lecture, animé par trois enseignants-chercheurs. Une brochure de textes fondamentaux des Disability Studies sera préalablement fournie aux participant.e.s.
Les après-midis seront dédiés à des ateliers et rencontres artistiques francoallemandes dans le cadre du Festival FOCUS, organisé chaque année par la Sorbonne Nouvelle. Le dernier jour, nous serons accueilli.e.s dans l’un des établissements de Paris Musées pour échanger avec son équipe de médiation et l’Association des Papillons blancs de Paris.
Le programme se veut interactif, alternant échanges et discussions académiques, ateliers créatifs et visite commune de performances.

Accessibilité :
Le Campus Nation est un lieu classé haute qualité environnementale et haute qualité d’usage. Il est entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite. Les participant.e.s ayant d’autres besoins spécifiques sont invité.e.s à en faire part au moment de leur candidature et pourront bénéficier de l’expertise de la mission handicap de la Sorbonne Nouvelle.

Public cible :
L’école d’automne est conçue pour un public mastérant, doctorant, et postdoctorant issu de différentes disciplines (lettres, histoire de l’art, architecture, langues, etc.). Des étudiant.e.s en école d’art sont encouragé.e.s à candidater.

documents à télécharger
Call For Papers : Projet de conférence internationale - Bande dessinée et roman graphique : Narration en images

Une conférence internationale organisée par les Archives littéraires allemandes (DLA) de Marbach, le Forum Allemand de l’Histoire de l’Art à Paris et la Maison Heinrich Heine.

21-22 novembre 2024, Archives littéraires allemandes de Marbach

Bien que la bande dessinée ait subi des critiques dès ses débuts et que l’on trouve encore aujourd’hui des voix qui ne considèrent pas la bande dessinée comme un art véritable, on assiste depuis trois décennies à une réflexion scientifique et publique sur la bande dessinée en tant que forme artistique. L’importance d’artistes de bandes dessinés, tels que Hugo Pratt, Möbius (Giraud), Hal Foster, Lewis Trondheim, Joann Sfar, Hergé, Robert Crumb, Art Spiegelman, Will Eisner et Anke Feuchtenberger, ne fait aucun doute ; les bandes dessinées et les romans graphiques occupent une place de choix dans les rubriques culturelles, tout comme dans les programmes des maisons d’édition telles que Suhrkamp et Rowohlt.

Les études littéraires et visuelles prennent au sérieux la bande dessinée en tant qu’objet de recherche, qui associe indissociablement l’image et le texte. Au cœur de cette réflexion se trouvent les questions de la proximité et de la distance par rapport au média respectif, de la poursuite ou de la surenchère des traditions littéraires ou picturales. Le présent projet de colloque interdisciplinaire et international entend s’y rattacher en mettant l’accent sur la narration en images à partir de la tradition de chaque discipline. Le coup d’envoi sera donné à l’automne 2024 par un colloque aux DLA de Marbach, qui s’interrogera sur les liens de parenté de la bande dessinée et du roman graphique avec la littérature.

De nombreux classiques de la littérature mondiale ont été repris dans le genre de la bande dessinée – de Faust à Moby Dick en passant par L’homme sans qualités et les récits de Kafka. La série d’auteurs littéraires qui se sont penchés sur la bande dessinée, sur les questions de représentation visuelle de textes poétiques ou sur les procédés de narration visuelle est également longue, comme par exemple H. C. Artmann, Hans Magnus Enzensberger, Robert Gernhardt, Brigitte Kronauer, Nora Krug, Marie Marcks et Oskar Pastior. Le dessinateur de BD autrichien Nicolaus Mahler reprend dans ses publications des auteurs et des œuvres littéraires, écrit lui-même de la poésie et est directeur artistique de l’école de poésie de Vienne.

Pour ces raisons, les bandes dessinées se trouvent également dans les collections des DLA : plus de 600 volumes sont actuellement répertoriés dans le catalogue. Pour la plupart d’entre elles, la proximité avec la littérature est évidente : elles sont soit issues de la plume d’auteurs littéraires, soit des adaptations d’œuvres littéraires. La nécessité de conserver les bandes dessinées en tant que forme culturelle et de les mettre à disposition de la recherche ne fait donc guère de doute. Mais où peut-on fixer des limites ? Quels sont les titres qui relèvent de la mission de conservation des archives littéraires et selon quels critères peut-on faire une sélection ? Quel est le rôle de certains formats comme les séries, de certains genres et de certaines traditions narratives comme la science-fiction ? Quels sont les besoins de la recherche, des auteurs et des éditeurs de BD ? Les archives doivent-elles uniquement rassembler les titres publiés ou inclure explicitement le matériel des auteurs et des dessinateurs de BD ? Et comment les descriptions scientifiques de la littérature graphique, des formes de narration en images et avec des images peuvent-elles être utiles ?

En partant de ces questions, nous invitons les chercheurs, les journalistes, les auteurs et les éditeurs à réfléchir ensemble à la tradition, aux formes, à l’étude et à la collection de bandes dessinées et de romans graphiques. Les chercheurs de tous les niveaux de qualification dans les domaines de la littérature, de l’histoire de l’art et des sciences de l’image ainsi que des médias et de la communication sont invités à apporter leur contribution. Veuillez soumettre des résumés (300 mots, de préférence en anglais) pour une présentation de 30 minutes avec de brèves informations bio-bibliographiques avant le 30 juin 2024 via le portail de candidature.