top
La France et l’Allemagne dans l’Europe de demain : défis communs et approches particulières
samedi 23 avril 2016
de 10h00 à 17h00

L’année 2015 a été marquée par des événements politiques, économiques et sociétaux majeurs qui ont conduit l’Allemagne et la France à s’interroger tant sur leur identité propre, leurs valeurs et leur conception de l’Europe, que sur les orientations et les finalités de leurs politiques européennes.
Les attentats à Paris en janvier et novembre 2015 ont déclenché dans toute l’Europe un débat sur l’identité, le rôle des religions et de l’État dans la cohésion sociale. A l’heure où les mouvements d’extrême-droite marquent de plus en plus profondément les sociétés européennes, ce débat concerne en particulier la France et l’Allemagne, mais de manière différenciée, en raison de différences culturelles, politiques et historiques.

La crise des migrants depuis l’été 2015 et la décision allemande de les accueillir massivement ainsi que la recherche d’une solution à cette crise au niveau européen, ont rendu ce débat encore plus pressant.
Par ailleurs, la crise de l’euro et de la Grèce soulève des questions concernant la cohésion de l’Union européenne et de la zone euro, et, là encore, remet en question le cœur même des valeurs européennes.
Dans ce contexte et à la suite de notre séminaire des 13 et 14 novembre 2015 (dont la journée du 14 novembre a été annulée du fait des attentats), nous souhaitons reprendre nos discussions sur les défis de la France et de l’Allemagne dans l’Europe de demain à l’occasion de trois tables-rondes : 

10h - 11h : La fin de l’Europe ?
Les récentes, importantes évolutions en Europe depuis les violents attentats du mois de novembre, en particulier dans la gestion et la réponse des pays européens à la problématique des réfugiés, les répercussions de ces évènements dans les débats et élections nationaux nous amènent à nous interroger sur la pérennité de la construction européenne et la solidité des relations franco-allemandes.
 Intervenant : Arnaud Leparmentier, Le Monde (à confirmer)

11h15 - 12h45 Quelles réponses pouvons-nous apporter au chômage des jeunes en Europe ?
Avec la crise financière et celle des dettes souveraines, le chômage des jeunes a dramatiquement augmenté dans tous les États membres de l’UE à l’exception de l’Allemagne – même si les causes de ce phénomène ne sont pas liées exclusivement à l’importante contraction économique résultant de ces crises.

Comment combler les lacunes des différents systèmes d’éducation et de formation professionnelle afin de faire baisser le chômage des jeunes ? Quelles qualifications et compétences devraient être davantage enseignées, notamment afin d’inciter les jeunes Européens à plus de mobilité ? Quelles possibilités avons-nous pour réduire le recours aux emplois à durée déterminée pour les jeunes et promouvoir plus d’égalité avec le statut des employés plus âgés ? Quels outils faut-il pour mettre en œuvre concrètement la « garantie pour les jeunes » lancée par l’Union européenne ? Peut-on transposer le système Erasmus, déjà en place pour les étudiants, à d’autres formes d’éducation et de formation professionnelle ?

Intervenants  : Sofia Fernandes, chercheur associé, Institut Jacques Delors, Paris ; Jean-Luc Prigent, Agence Erasmus+, Bordeaux ; Philippe Kuhn-Régnier, ADAFA, Boston Consulting Group, Paris
Modération : Catherine Palpant, ADAFA, Ambassade de France en Bosnie-Herzégovine

12h45 - 13h45 pause- déjeuner

13h45 - 15h15 : Comment mettre à profit de manière durable la transition énergétique en France et en Allemagne ?

Quatre ans après l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima, la France et l’Allemagne ont réagi de manière différente à la nécessité d’adopter une politique énergétique tournée vers l’avenir. Les deux pays se sont certes engagés à la réduction progressive des émissions de CO2 et de l’usage des énergies fossiles, au développement des énergies renouvelables et à des mesures d’économie d’énergie – mais leurs positions quant à l’énergie nucléaire restent très différentes.
Les deux pays visent une transition énergétique durable et souhaitent mettre à profit leur potentiel de croissance économique. La France et l’Allemagne coopèrent d’ores et déjà dans différents domaines liés à l’énergie et les liens entre les deux pays sur le marché de l’électricité sont étroits.
Comment renforcer la coopération énergétique franco-allemande et dans quels domaines, entre quels acteurs publics et privés, nationaux et locaux ? Après l’échec du projet politique de création d’un géant énergétique européen Siemens-Alstom, reste-t-il de la place pour un acteur franco-allemand dans le domaine de l’énergie ?
Quelles technologies d’avenir sont subventionnées dans les deux pays et pourraient donc faire l’objet d’un développement transnational ? Quelle marge de manœuvre existe-t-il pour un rapprochement franco-allemand dans le domaine de la mobilité électrique ?
Intervenants : Thomas Pellerin-Carlin, chercheur, politique européenne de l’énergie, Institut Jacques Delors, Paris ; Stefan Aykut, Institut Francilien Recherche Innovation Société, Marne la Vallée ; Catharina Post, ADAFA, Cabinet Sterr-Koelln & Partner, Berlin (à confirmer)
Modération : Alain Hermann, ADAFA, Procter & Gamble, Cologne

15h15 - 15h30 pause-café

15h30 - 17h : Quelle politique de sécurité et de défense envisageons-nous pour la France et l’Allemagne ?
La crise ukrainienne a confirmé la solidité de l’axe franco-allemand dans le domaine du maintien de la paix et de la sécurité en Europe et le rôle clef que joue le tandem dans la résolution de crises avec des tiers. Malgré l’incompatibilité apparente de leurs politiques de défense, la France et l’Allemagne savent parfaitement agir ensemble de manière coordonnée dès que des intérêts vitaux sont en jeu.
Dans quelle mesure les stratégies de défense française et allemande sont-elles compatibles et quelles sont les possibilités de mettre en place une coopération renforcée ? Quelles sont les différences dans l’analyse des risques en France et en Allemagne et quelles conséquences résultent de cette appréciation différente ? Il convient également de s’interroger sur le rôle que jouent l’inégalité des capacités militaires des deux pays, ainsi que le poids de l’industrie de l’armement dans chacun des États. Enfin, quelle orientation préconisent la France et l’Allemagne pour la politique extérieure et la défense commune de l’UE et de l’OTAN ?
Intervenants : Vivien Pertusot, responsable IFRI Bruxelles ; Cyril Kabbara, Chambre de Commerce et d’Industrie Paris Ile-de-France ; Jay Dharmadhikari, ADAFA, Conseiller Europe, ministère de la Défense, Paris
Modération : Gaëlle Winter, ADAFA, doctorante et chercheuse associée à la Fondation pour la recherche stratégique

organisé par
en partenariat avec