top
journée d’étude
Du corps humain au corps artificiel : l’esprit en question
samedi 1er juin
de 09h00 à 18h00

sous la responsabilité d’Isabelle Raviolo

Lorsqu’il évoque notre « relation sourde avec le monde », Merleau-Ponty fait allusion à l’émergence d’une « architectonique humaine » entre corps et raison qui fait de la perception et du perçu la clé d’une nouvelle ontologie qui ancre son enquête dans le lien qui unit le corps au monde, mettant à jour le caractère original de ce rapport réversible. Réversible parce que le corps est ouvert sur le monde, et parce qu’il l’est, il peut se voir, se toucher. Cette réversibilité, Merleau-Ponty la nomme chair (le touchant-touché, le corps animal) qui n’a pas le caractère abstrait d’un concept, qui est plutôt un trait opératoire. Or qu’aurait pensé ce philosophe à la vue des corps artificiels qui « imitent » le corps humain sans avoir de chair ? Si la « Love Doll » semble une réplique de femme plus vraie que nature, que faut- il penser de ce phénomène de société de plus en plus populaire au Japon ? Cet engouement pour les « Love Dolls » interroge d’autant plus qu’il semble nous rappeler que la conscience n’existe que parce qu’elle vient d’un organisme vivant, avec un corps et un esprit capable de se représenter le corps. De AI de Steven Spielberg à Her de Spike Jonze, nous sommes confrontés à la question du « corps artificiel » : existe-t-il ou n’existe-t-il pas ? Si un jour des robots peuvent être dotés d’une certaine conscience, auront-ils le sentiment d’exister que nous avons ?

intervenants : Jean-Michel Besnier, Éric Charmetant, Emmanuel Falque, Sabine Fos, Élise Lamy-Rested, Pierre Magnard, Nathalie Périn, Isabelle Raviolo, Félix Resch, Gemma Serrano et Bernard Stiegler

organisé par
entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles