top
ciné-club
Die Oberhausener
Courts métrages - Première partie

vendredi 3 mai
de 20h00 à 21h30

Cette séance du ciné-club présente quatre courts métrages de signataires du Manifeste d‘Oberhausen qui ont marqué les débuts du nouveau cinéma allemand.

MENSCHEN IM ESPRESSO
(Les Gens du bar à expresso) de Herbert Vesely
RFA 1958, 16 mn., n/b, vostfr, voix-off : Wilfried Berghahn
Impressions du quotidien dans un café à la mode italienne, qui témoignent de l’évolution des mœurs et de l’importance croissante de la jeunesse dans l’Allemagne des années cinquante.

NOTIZEN AUS DEM ALTMÜHLTAL
(Notes de la Vallée d’Altmühl) de Hans Rolf Strobel et Heinrich Tichawsky
RFA 1961, 17 mn., n/b, vostfr
La vie d’une région rurale du Sud de l’Allemagne qui peine à s’adapter face à l’arrivée de la modernité.

DAS MAGISCHE BAND
(Le Ruban magique) de Ferdinand Khittl
RFA 1959, 21 mn., couleur, vostfr
Commandé par BASF, ce film pédagogique sur la bande magnétique et ses multiples usages est un véritable essai cinématographique sur la magie et le pouvoir de la répétition.

MOSKAU RUFT
(Moscou appelle !) de Peter Schamoni
RFA 1959, 12 mn., n/b, vostfr
Un reportage sur le 6e Festival mondial de la jeunesse et des étudiants à Moscou en 1957, qui mêle images officielles et officieuses que Peter Schamoni a rajoutées dans une version ultérieure du film.

« Ce fut une explosion qui était devenue inévitable », raconte l’historien du cinéma Ulrich Gregor à propos du 28 février 1962. Ce jour-là, Hansjürgen Pohland profite du Festival du court métrage d’Oberhausen pour publier un manifeste intitulé « Le cinéma de Papa est mort » avec Alexander Kluge, Herbert Vesely, Wolf Wirth et bien d’autres. Ces jeunes professionnels du cinéma réclament une rupture avec les conditions de production de l’époque, pour sortir le secteur de la léthargie et préparer la naissance d’un nouveau cinéma allemand sur le modèle de la Nouvelle Vague en France. Rassemblant des longs et courts métrages pour certains inédits en France, ce ciné-club propose un aperçu des débuts de Hansjürgen Pohland et des signataires du Manifeste d‘Oberhausen, qui ont ouvert la voie à un cinéma allemand résolument moderne et audacieux.

dans le cadre du ciné-club « Le cinéma de Papa est mort. Nous croyons au nouveau cinéma ». Hansjürgen Pohland et le Manifeste d‘Oberhausen (avril-juin 2019)

en coopération avec
en partenariat avec
participation aux frais - 5 € (plein tarif) / 2,50 € (tarif étudiant)